Boucle d'Or


27 avril 2015 


Pour notre deuxième journée en Islande, Carine et moi avons fait une jolie boucle dans la région du Cercle d'Or, avec la belle surprise d'avoir un peu de neige au réveil !

Le Cercle d'Or est un peu le passage obligé pour tout voyageur restant sur Reykjavík. Il faut compter moins d'1 heure pour s'y rendre depuis la capitale. La région s'étend du parc national de Þingvellir à la chute d'eau de Gullfoss, en passant par la vallée des geysers d'Haukadalur.

Comme nous avions dormi la veille sur Hveragerði, nous avons pris la boucle dans l'autre sens, avec l'espoir de rencontrer le moins de touristes possible en commençant "par la fin". Dans ce sens, un arrêt au lac de cratère du Kerið, dont l'accès est désormais payant (150 isk/3 eur), a été notre première sortie de la matinée.




Notre plan "anti-touristes" n'aura aucune raison d'être : la météo plus que ventée nous offrira le luxe d'avoir des geysers et des cascades rien que pour nous ou presque ! Et puis je ne suis pas complètement misanthrope non plus, hein ! Petite dédicace à la bande de plongeurs délurés qui se reconnaîtra peut-être un jour (les gens qui visitent l'Islande à fond et par tous les temps sont tous un peu barrés, NDLR).




Pour ceux qui se demandent où se trouve ce spot de plongée, c'est à Silfra, dans le lac Þingvallavatn. A cet endroit, vous nagez dans l'une des eaux les plus pures de la planète, entre les plaques tectoniques eurasienne et nord-américaine (encore elles !?).

Si cette eau-là n'est pas à plus de 4°c, celles du site géothermique de Geysir dépassent fréquemment les 100°c !

Pas de baignade ici, mais de jolis phénomènes à observer: Strokkur, le geyser le plus actif d'Islande, se fait toujours autant désirer et arrive encore à me surprendre. Si la force du vent l'empêchera de projeter de l'eau à 20 mètres de hauteur comme habituellement, nous avons eu le privilège de le voir jaillir 2 fois de suite à quelques secondes d'écart uniquement.



Certains d'entre vous sont certainement au courant qu'un abruti s'est amusé à jeter un colorant rose dans sa cheminée pour faire "dé l'arrrt pictoural". Soyez rassurés ! J'y suis passée 4 jours après et il n'y a plus aucune trace de cet acte de vandalisme. Juste pour info, l'activité d'un geyser est super fragile ! Il peut se tarir soit en raison de mouvements sismiques ou à cause d'une exploitation des sources d'eau chaude avoisinantes, mais aussi par le simple jet de déchets dans sa cheminée !!!

D'ailleurs, si Strokkur s'éclate toutes les 5 minutes, Geysir lui, dort profondément. Quelques mètres les séparent seulement mais ces 2 geysers n'ont rien à voir.

Geysir, d'où vient le nom "geyser" d'ailleurs (du verbe "að gjósa" = "jaillir"), n'a jamais eu envie de me montrer sa puissance. C'est une jolie mare d'un bleu opalescent, dont la source est réveillée artificiellement le jour de la fête nationale. Il lui arrive encore d'érupter naturellement mais de manière sporadique. Qui sait si un jour, une modification dans le réseau des failles souterraines ne le relancera pas !? ;)




Après toutes ces émotions (le vent, les zamis, le vent !!!), une pause au chaud s'imposait. Le café qui fait face au site a bien fait l'affaire !



Ces quelques minutes de répit nous ont permis de recharger les batteries avant d'aller admirer les chutes d'eau de Gullfoss, même si les cascades en Islande, c'est pas ce que je préfère. C'est un peu comme les casbahs au Maroc: on trouve la première "ex-tra-or-di-naire", la deuxième "très belle", "Oh, une autre casbah " à la troisième et on ne les remarque même plus après...

C'était sans compter sur l'interminable hiver islandais. Le froid et la neige ne semblent pas vouloir quitter l'île cette année. Si c'est certainement très lassant pour les habitants, cela offre un spectacle féerique et dépaysant pour nous autres Européens, déjà dans le printemps depuis plusieurs semaines. Je retire donc ce que j'ai dit sur les cascades islandaises. Grâce aux températures négatives, les sculptures de glace qu'elles créent les rendent uniques !





Pour terminer la boucle, nous avons fini à Þingvellir, haut lieu de l'histoire islandaise où se tenait "l'Alþing", que l'on peut considérer comme le premier parlement d'Europe puisqu'il s'y tenait depuis l'an 930 - avant d'être déplacé à Reykjavík en 1844.
























Ce lieu est aménagé et vous permet de déambuler entre les plaques tectoniques eurasienne et nord-américaine (toujours elles !?). Les fans du Trône de Fer croiront peut-être apercevoir Sandor Clegane et Arya. Car en plus d'être photogénique, de nombreux réalisateurs viennent tourner en Islande !
























Le top du top dans cette région, ça n'est pas forcément les lieux incontournables indiqués dans les guides. Prendre le temps de se perdre dans la lande qui borde le lac Þingvallavatn, entre brume et tempête de neige, c'est bien plus euphorisant que de traîner dans les magasins de souvenirs !




Le centre névralgique du Cercle d'Or, c'est le bourg de Laugarvatn, où vous trouverez une supérette et 2 piscines.

Alors en construction lors de ma première venue en 2011, je n'ai pas hésité à aller auto-inaugurer le spa Laugarvatn Fontana ! C'est un petit complexe aquatique où l'on peut se baigner dans différents bassins de 32°c à 40°c, avec une vue magnifique sur le lac Apavatn.




Quant au bon plan hébergement (après tout, ça sert à ça, un blog !), nous avons passé la nuit à Efstidalur II, à quelques kilomètres à peine de Laugarvatn. L'accueil y est plus que chaleureux (coucou Guðrún !), le restaurant est bon et les prix affichés sont corrects - d'autant que tout est fait maison ou presque ! Le petit plus, c'est la salle de réception avec vue sur l'étable.






Les chambres sont en fait des petits cottages en face du restaurant, avec salle d'eau privative et une vue imprenable sur la ferme et la montagne. Simple et efficace, vive le Nord.




Encore merci à Carine, du site En voiture Carine, pour ses photos de Kerið et du hamburger du fermier, mmmm.....