Une chaleureuse obscurité




Du 27 décembre 2016 au 02 janvier 2017


Si vous allez en Islande en hiver, préparez-vous à entendre ces 2 questions au retour: " Vous n'avez pas eu trop froid ?" ou "Mais il ne fait pas noir tout le temps ?". Vous aurez beau répondre "non", on ne vous croira pas.

Et pourtant, contrairement aux idées reçues, le froid en Islande est carrément supportable. Un dicton dit d'ailleurs "Il n'y a pas de mauvais temps, que des mauvais vêtements." 😉

Pour vous donner une idée, je suis partie du 27 décembre 2016 au 02 janvier 2017. À Reykjavík, nous avons eu 2-3 degrés en moyenne, soit plus chaud qu'à Paris à la même époque, si si !! Et puisque nous sommes en plein épisode de grand froid en France en ce moment, allez donc jeter un œil à la météo islandaise: cet après-midi, nos copains vikings bénéficient d'un généreux 0°c dans la capitale. Merci le Gulf Stream ! Les températures sont rarement négatives, sauf en pleine nuit ou si vous vous éloignez des côtes méridionales.

Quant à la lumière du jour en décembre, les relevés officiels annoncent 11h30 pour le lever du soleil et 15h30 pour son coucher. En réalité, vous pouvez ajouter 1 heure de lumière avant et après. Ça n'est pas la luminosité dont on a l'habitude en France mais on y voit clair et cela créé une ambiance particulière, bleutée, un peu magique.


Dómkirkjan


Partir fin décembre reste quand même un pari, au même titre que se rendre dans une île tropicale en période cyclonique. Nous avons essuyé une forte tempête (comme l'année dernière) qui s'est en allée aussi vite qu'elle est arrivée. Le lendemain, le vent avait chassé les nuages et nous avons profité de 2 magnifiques journées ensoleillées. Un pari, je vous dis...















Je ne regrette absolument pas d'avoir (re)découvert Thulé à cette époque de l'année. Y passer un Nouvel-An a même été ma meilleure idée de 2016 ! Cela faisait bien longtemps que je ne m'étais pas autant éclatée !

Un réveillon classique pour un Islandais, c'est: tirer des feux d'artifices quelques jours avant le 31 et aussi après (1 semaine de pétarades non-stop !), se rendre autour d'un des feux de joie disséminé çà et là en ville, profiter des siens autour d'un bon repas le soir du réveillon, regarder l'émission satirique "Áramótaskaup" (produite cette année par Jón Gnarr, l'ancien maire-clown-punk de Reykjavík) avant d'aller admirer et/ou tirer des feux d'artifices, les plus fous que j'aie jamais vus !!!!

Ne parlant pas islandais, je n'ai évidemment pas regardé "Áramótaskaup", ni eu le temps d'aller rejoindre les locaux autour d'un feu de joie. J'ai passé la journée au Blue Lagoon, alibi imbattable.


L'entrée du Blue Lagoon


J'en profite pour vous dire qu'avec l'agrandissement du célèbre spa, on ne ressent pas du tout l'effet de l'augmentation du nombre de touristes, si ce n'est à l'entrée. Pas de foule dans les vestiaires, de la place pour barboter et même pas de cohue aux snack-bars. Peut-être suis-je tombée sur une journée avec une fréquentation moindre, festivités du soir oblige, mais cela a en tout cas été une vraie bonne surprise !


Blue Lagoon


En rentrant le soir, nous avons aperçu une légère aurore boréale en traversant la péninsule de Reykjanes. L'hiver 2016-2017 n'est apparemment pas un hiver à aurores boréales. Les 3 que j'ai vues apparaissaient blanches à l'œil nu et si on ne me les avaient pas montrées, pas sûr de les avoir aperçues.

J'ai par contre eu le bonheur de déguster un vrai repas de fête islandais grâce à ma copine Caroline, qui vit désormais sur l'île fantastique et qui nous avait concocté un repas typique, arrosé de la boisson traditionnelle de Noël "Malt og appelsín" (malt et orange): jambon de noël, agneau fumé (que vous verrez souvent là-bas, sous le nom "hangikjöt"), petits pois, chou rouge cuit et "jólakaka", le gâteau de Noël à base de raisins secs.




Une fois le ventre plein, nous nous sommes tous dirigés vers l'église Hallgrímskirkja, que l'on peut considérer comme notre Tour Eiffel. L'avenue Skólavörðustigur était noire de monde, ça pétait de partout, bien avant minuit, et cela a duré jusqu'au petit matin.

Ce ne sont pas les municipalités qui gèrent ces spectacles en Islande mais des semi-professionnels. Autant vous dire que ça tourne vite au concours du quartier qui tirera les plus beaux feux, pour notre plus grand plaisir ! 😀




Les ventes de pétards, fusées et feux d'artifices sont autorisées en Islande, une partie des bénéfices étant reversée aux sauveteurs bénévoles de l'île. Cette année, c'est 500 tonnes qui ont été tirées par 200 000 personnes - et on en faisait partie !


Arnarhóll


Le lendemain, rien de tel qu'un bain de mer à 3 degrés pour nous remettre de nos émotions ! Tous les ans, certains givrés, souvent déguisés, se jetent à l'eau à Nauthólsvík, la plage de la capitale la plus septentrionale d'Europe. Et là aussi, on en faisait partie ! 😁 On a même eu la chance de croiser Ilmur Kristjánsdóttir, l'actrice qui joue le rôle de la policière dans la série "Trapped", diffusée l'an dernier sur France 2 ! 


Nauthólsvík


Encore tous mes vœux pour 2017 ! Soyez fous, soyez vous et allez en Islande ! J'y retourne en août 2017...



Le 31/12/2016 à Reykjavík (i woz ere)