Martine monte à cheval


Jeudi 21 juin 2018

Premier jour de l'été. Il pleut sur Reykjavík. Conditions idéales d'après Begga pour monter à cheval dans les collines rouges de Rauðhólar: "Au moins, nous n'aurons ni poussière, ni moucherons." Ou l'optimisme à l'islandaise, le fameux "þetta reddast" !

Begga, c'est une grande blonde avec un sourire large comme la faille de Þingvellir, la bonne humeur personnifiée. Accessoirement, c'est aussi la gérante d'Íslenski Hesturinn - The Icelandic Horse.


Begga


Je ne pouvais pas  tomber mieux pour ma première séance à cheval depuis 31 ans...Ceux qui me connaissent ou qui ont lu mon billet "Chevaline" savent que je souffre d'hippophobie après une mauvaise chute et un galop non maîtrisé à l'âge de 8 ans.

Mon amie Aurélie, cavalière émérite, avait déjà participé plusieurs fois aux excursions d'Íslenski Hesturinn et me l'a conseillée. Mieux, elle m'a accompagnée !


Avec Aurélie


Arrivées vers 9h30, tout commence avec la présentation de Begga sur la sortie à venir: de précieux conseils saupoudrés d'une bonne dose d'humour ! Pour ceux qui ne maîtrisent pas la langue de Shakespeare, Begga parle parfaitement français et certains employés sont même carrément gaulois !


Íslenski Hesturinn, qui signifie le Cheval Islandais


Vient ensuite le moment où nos chevaux nous sont attribués en fonction de notre niveau. Aurélie montera la tonique Brýnja, c'est le gros pépère Tvistur qui aura à me supporter.


Avec Tvistur 



Aurélie et Brýnja





Tout l'équipement est fourni gratuitement si nécessaire: bombes, vêtements de pluie, bottes, gants, etc. Notez que si vous avez l'habitude de monter à cheval chez vous, il faudra impérativement laisser vos affaires personnelles au profit de celles d'Íslenski Hesturinn. Les chevaux islandais ne sont pas vaccinés et personne ne souhaite prendre le risque de les contaminer avec une bactérie étrangère qui se serait invitée sous une semelle par exemple.




La balade se déroule sur le site volcanique de Rauðhólar, tout à côté de Reykjavík. Begga est aussi guide touristique professionnelle reconnue par l'Etat. C'est important de le préciser car dans le milieu des excursionnistes en Islande, il y a à boire et à manger…

C'est donc une sortie à cheval mais aussi un moment riche en informations sur le pays et sa géologie si particulière.




Nous resterons dehors plus d'1 heure, entre paysages de lave et étendues d'eau. À aucun moment il n'y a eu de temps mort et jamais nous n'avons été délaissés par Begga ou son staff qui nous encadrait.




Marche ou trot, ses chevaux ont l'habitude de se déplacer en groupe et au même rythme. Et moi qui ne connais rien au tölt, cette allure naturelle du cheval islandais, j'ai pu l'apprécier sans avoir vraiment à la demander. Pas évident de la trouver mais on la reconnaît tout de suite ! On a l'impression de voler tellement tout devient léger d'un coup !




Je ne peux que vous recommander d'aller rencontrer Begga et son mari Sveinn au sein de leur structure familiale. Je ne touche pas d'argent au passage, je parle juste avec le cœur.

Retrouvez toutes les photos de notre chevauchée fantastique en cliquant sur ce lien temporaire avant le mois d'octobre.











A SUIVRE: L'ASCENSION DE LA MONTAGNE ESJA

Esja

Midnight City


Du 20 au 24 juin 2018

Neuvième fois en Islande. " Elle doit avoir un amant. Il y a un mec là-dessous." Désolée de décevoir les langues de pu..., euh pardon, de vipères, mais non. Seuls ceux qui ressentent l'Islande comme je la vis savent. J'y retrouve des copains, je m'en fais d'autres avec une facilité déconcertante et prends ma dose d'adrénaline pour des semaines.


Nouvelle amitié à minuit en Islande


Arrivée le 20 juin avec 3/4 d'heure de retard, je croise Magnús par hasard à l'aéroport. Super ! Je vais rattraper ces 45 minutes en me faisant déposer à Hafnarfjörður au lieu de prendre le bus. Merci poto !


Mon chauffeur


Mon amie Aurélie est déjà sur place. À peine ma valise posée, nous filons à Reykjavík où j'ai donné rendez-vous à Amilka, un barista espagnol qui y vit. La magie des réseaux sociaux pour qui sait s'en servir ! Le coup de foudre Amilka-amical a été immédiat ! Tout est plus facile quand on porte la même île dans son cœur.


Amilka et Aurélie, 2 amoureux de l'île


Cette journée était la seule prévue ensoleillée pour mon séjour de 72h. Pas de temps à perdre pour aller observer le soleil de minuit ! Cet été 2018 dans la capitale et ses alentours est pour l'instant hivernal au possible. Amilka me confirme que seul le premier week-end de juin et aujourd'hui ont été radieux. Je suis rentrée d'Islande il y a maintenant plus d'une semaine et les Reykjavikois n'ont toujours pas revu l'astre solaire depuis, dur ! 100 ans que cela n'était pas arrivé, juin étant généralement un mois agréable.

Les fjords de l'Est et la région autour de Mývatn dans le nord sont statistiquement plus épargnés par la grisaille. Filez donc là-bas si vous voulez goûter au délicieux été islandais.

Revenons à mon soleil de minuit. Avec une journée d'avance, tous les Islandais semblent s'être pointés à Seltjarnarnes pour le solstice d'été. Eh oui, c'est le quartier le plus occidental de la capitale et donc le meilleur endroit pour observer la boule jaune surfer sur l'océan toute la nuit.


La foule à Seltjarnarnes !

23h à Grótta


Pas infaisable de rejoindre cette petite péninsule à pied, où se trouve le phare Grótta et la source chaude Kvika, mais pensez au retour au centre-ville ! C'est ainsi qu'on a pris en stop un touriste suisse pour le ramener à son hôtel : venu en t-shirt sous un beau soleil, la température n'était plus la même à 1h du matin ! 😉 Les lumières restent fantastiques quand même.


Minuit passé à Seltjarnarnes


Nous ne verrons plus le ciel bleu du séjour. Cela ne nous a pas empêché de faire une balade à cheval avec la sympathique Begga d'Íslenski Hesturinn - The Icelandic Horse ou de grimper la montagne Esja, la préférée des citadins. J'en parle bientôt sur mon blog.


Avec les chevaux Tvistur et Brýnja

Esja


Entre temps, nous avons découvert la cascade bien cachée de Brúarfoss dont je ne dévoilerai pas l'emplacement (démerdez-vous un peu !) et relevé le challenge de se baigner dans le lac Laugarvatn par 12°c. Ne soyez pas admiratifs, les sources chaudes du spa Fontana sont juste à côté. Et rien ne vaut un clapping géant (on en a eu 2 !) avec nos Vikings préférés pour se réchauffer !


Le lac Laugarvatn
Brúarfoss













Viking clap

Dans la Fan Zone



À suivre: ma chevauchée fantastique avec Íslenski Hesturinn - The Icelandic Horse 


Begga


5 semaines en Norvège


Ma belle-famille ne jure que par les destinations "soleil". Pas de bol. Quand je m'enflamme en évoquant la nature et l'âme scandinaves, je vois bien que je passe pour la débile qui est rentrée dans la famille par accident 😂 Mais ça, c'était avant.

Mon neveu Jonathan, qui est désormais mon chouchou, revient de Norvège après 5 semaines d'un stage professionnel à Stranda. Retenez bien son prénom, c'est le futur meilleur pâtissier de France.


Jonathan


Parti de Paris le 24 avril pour Ålesund via Oslo, c'est en se rendant à Stranda en voiture qu'il a réellement fait connaissance avec le pays et ses habitants.


 Stranda


Arrivé sous la pluie par 4°c, il finira son séjour le 30 mai avec 28°c et des coups de soleil. La maman avait prévu les grosses chaussettes, pas la crème solaire 😉

Les cascades qui étaient encore gelées et sous la neige au printemps ont retrouvé leur allure estivale en 1 mois. À noter que depuis ce mois de mai, l'anticyclone s'est posé sur la Scandinavie et ne semble pas vouloir partir, pour le plus grand bonheur des locaux qui ne sont pas habitués à des étés aussi précoces.




Outre la météo clémente du pays à cette époque de l'année, c'est la gentillesse des Norvégiens qui a surpris mon neveu. Son patron, qui gère une boulangerie/pâtisserie de 3 employés, s'assurait toujours du bien-être de ses salariés et lui a laissé une totale liberté dans son travail alors qu'il n'a que 16 ans. C'est ainsi qu'il leur a fait découvrir la tarte au citron meringuée. Si un jour vous passez par Stranda et dégustez ce gâteau, vous saurez d'où ça vient. 😊


La boulangerie de Stranda propose désormais des tartes au citron meringuées



Stranda est une petite ville de 4000 habitants dans la région du Vestlandet. S'il l'a trouvé jolie et agréable, pas grand-chose à faire pour un ado.


Stranda


Heureusement, sur ses jours de repos, il a pu retrouver ses camarades français et en profiter pour découvrir Ålesund, Geiranger et le fjord le plus célèbre du pays: Geirangerfjord.

Ålesund est une grande agglomération de 23 000 habitants. Néanmoins, la géographie de cette cité côtière la préserve d'une urbanisation massive. Moins touristique bien qu'aussi belle que Bergen, c'est à pied que Jonathan a pu découvrir cette bourgade à taille humaine.


Ålesund


Il s'est ainsi rendu au parc de l'Atlantique Atlanterhavsparken qui possède un aquarium de 4 millions de litres où barbote le monde sous-marin typique de l'Atlantique Nord. Comptez 14 euros l'entrée par adulte et 7 pour les enfants.

Le coût de la vie est d'ailleurs le seul aspect négatif que Jonathan m'a relaté à propos de la Norvège. Mais rappelez-vous que l'intérêt principal de la Scandinavie, ce sont ses paysages époustouflants préservés du tourisme de masse. Et se balader en pleine nature, c'est toujours gratuit là-bas ! Même en ville à Ålesund, il a pu emprunter les 418 marches de la colline Aksla pour se rendre à l'observatoire de Kniven qui offre un point de vue sur les montagnes et îles environnantes.


L'Observatoire d'Ålesund


À Geiranger, gros village peuplé de 500 personnes, ce sont les toits végétalisés des maisons qui ont attiré le regard de mon neveu mais surtout les parois vertigineuses du fjord Geirangerfjord.


Ferme au toit herbu
Geirangerjord




















Après un moment de détente dans la piscine extérieure de l'hôtel Union où travaillait l'une de ses camarades, il s'est lancé dans une randonnée de 3 heures entre fermes abandonnées et cascades sur un sentier facile, en lacets.


























Et bien évidemment, comme tout bon Viking naturalisé qui se respecte, il a tenté le grand plongeon dans l'eau glaciale d'un fjord. C'est de famille.








L'Islande pour les nuls



Revoilà la touriste qui n'aime pas les touristes !


Mývatn - juillet 2013


La haute saison arrive à grands pas en Islande. L'île est sublime à toutes les périodes de l'année mais l'été reste le moment le plus propice pour la découvrir.


Hverir - juillet 2013


Jour quasi-permanent, pistes ouvertes, météo souvent clémente (à vérifier quand même sur vedur.is avant chaque départ en excursion), tous les astres semblent alignés pour vous faire passer un moment inoubliable.


Jarðbodin við Mývatn - juillet 2013


Le seul inconvénient est que vous ne serez pas seuls: près de la moitié des touristes à l'année qui visitent notre belle Thulé le font entre juin et août. Depuis 2010, l'Islande connaît un succès grandissant: de 495 000 voyageurs il y a 8 ans, jusqu'à 2 millions devraient venir en 2018.

C'est une bonne chose pour les Islandais: certains peuvent louer leurs biens aux étrangers et arrondir leurs fins de mois, le secteur du tourisme recrute à tour de bras, Reykjavík est devenue une ville vivante et dynamique et la concurrence dans l'aérien offre désormais des prix raisonnables aux insulaires qui peuvent partir plus souvent en vacances sans se ruiner.


Café Paris - août 2017

Austurvöllur - août 2017


Il y a évidemment une contrepartie à ça. L'écrivain Alda Sigmundsdóttir a écrit un petit manuel à notre attention pour mieux appréhender le pays et ses habitants. Son livre n'est pas à charge contre les touristes, juste factuel et truffé d'anecdotes rigolotes et toujours intéressantes.

Sans tout vous dévoiler, j'ai fait un résumé des parties nous concernant, nous les touristes à qui les Islandais vouent une sorte d'amour/haine assez compréhensible pour une nation de seulement 350 000 personnes. On les a sortis de la crise financière de 2008 mais on est vraiment nombreux. Très nombreux. Trop nombreux ?


Nana aime Alda


Nous n'y pouvons pas grand-chose mais les Islandais sont tristes de ne plus profiter de leurs sites naturels comme avant. La région du Cercle d'Or ou la lagune glaciaire Jökulsárlón sont désormais surpeuplées. L'office du tourisme islandais nous invite à mieux nous répartir sur le territoire. Pensez par exemple aux fjords de l'Ouest, visités par seulement 15% des touristes, ou à ceux du Nord-Est, région la plus ensoleillée du pays !


Seules au monde dans les Westfjords - juin 2016


Pour revenir à Alda, elle apporte un éclairage supplémentaire sur nos comportements qui énervent les Islandais sans que nous en ayons forcément conscience.

Voici ses conseils:

Si vous allez à la piscine, douchez-vous nus et avec du savon ! Personne ne vous regardera...sauf si vous ne vous pliez pas à cette règle d'hygiène élémentaire. Pour info, les piscines ne sont pas chlorées. Trop de visiteurs ayant zappé la case "douche", la piscine reykjavikoise Laugardalslaug est de plus en plus désertée par les locaux.

La piscine de Kirkjubæjarklaustur - novembre 2017

La piscine de Laugarvatn - juin 2011



Arrêtez d'ériger des cairns ! Ceux visibles dans le pays existent depuis l'ancien temps où les cartes routières et autre GPS n'existaient pas. Ils servaient juste à se repérer. Ceux construits par les touristes ne servent à rien, sont considérés comme une pollution visuelle par les Islandais et donc détruits. Seul le site de Laufskálavarða dans le sud est dédié à l'érection de cairns pour se souhaiter bonne chance avant d'entreprendre un voyage.


Oups, j'ai fait un cairn - juin 2011


Pareil pour la manie de jeter des pièces de monnaie dans l'eau. C'est NON à part à Peningagjá à Þingvellir.


Le long de la rivière de la cascade Öxarárfoss se trouve Peningagjá - août 2017


Si vous voyagez en camping-car, on ne se gare pas n'importe où dans la nature. Ça n'est pas non plus une raison pour squatter le parking des hôtels pour bénéficier du wi-fi et se laver gratos. Les gérants de ces établissements bossent dur pour les maintenir à flot. Un peu de respect pour le travail des gens, djöfull !!!


Mon auberge de jeunesse à Vík - juin 2011


On ne nourrit pas les chevaux non plus. Quelques gratouilles si vous voulez, après vous être assurés d'être stationnés correctement (le bord de la route n'est pas un parking, ça rend nos Vikings hystériques) et c'est tout !

Certains petits équidés - qu'il ne faut jamais appeler poneys - sont en cours d'élevage. Les gaver alors qu'ils sont en train d'apprendre des "tours" avec des récompenses gourmandes ruinent le travail des éleveurs !


Flúðir - août 2017



Je crois que voilà son conseil le plus primordial: ne vous mettez pas en danger sur cette île casse-gueule ! Et ne faites pas prendre de risques inutiles aux sauveteurs bénévoles de l'île qui sont des pères et des mères de famille !

Outre la météo à prendre en compte avant une balade, jetez toujours un œil sur Safe Travel Iceland. Marcher sur des icebergs est interdit, partir sur un glacier sans guide aussi. Quand une plage est fermée au public, c'est pour une bonne raison. Et si vous rencontrez un Islandais qui vous déconseille de partir en rando là tout de suite maintenant, écoutez-le, helvítis útlendigar ! Ça fait juste des générations que les mecs sont là, quoi...


Fláajökull - novembre 2017


Ne vous éternisez pas dans la capitale. Ses habitants comprennent bien son attrait sur nous mais y vivre devient un enfer pour eux: bus dans les rues mal adaptées, bruit des valises à roulettes au milieu de la nuit, inflation des prix, passage de drones incessants, hôtels et magasins à touristes partout...et + de visiteurs que de Reykjavikois ! Mettons-nous à leur place un instant ! Garðabær, Kópavogur, Hafnarfjörður, Mosfellsbær, il y a plein de petites villes sympas autour dans un périmètre de 15/20 minutes maximum avec un bon réseau de bus ! Dispersons-nous les amis !


Mon deuxième chez-moi à Hafnarfjörður - novembre 2017



Je vous invite vraiment à dévorer son livre et ses histoires cocasses avant de partir pour la plus belle île du monde - et ses autres bouquins aussi d'ailleurs ! Tous ne sont pas encore traduits en français.


Acheté à Reykjavík. Une pépite


The little book of tourists in Iceland: tips, tricks, and what the Icelanders really think of you --> https://amzn.to/2spB09z 

Le petit livre des Islandais du temps jadis -->https://amzn.to/2kz7BX2 

Le petit livre du peuple caché: 20 histoires d'elfes tirées du folklore islandais --> https://amzn.to/2shLI2I

The little book of Icelandic: on the idiosyncrasies, delights and sheer tyranny of the Icelandic language --> https://amzn.to/2srrgLU

The book of the Icelanders --> https://amzn.to/2IYA5UD

UNRAVELED : a novel about a meltdown --> https://amzn.to/2xthqPA

Living inside a meltdown: 10 people share their experience of the icelandic economic collapse --> https://amzn.to/2shjmp8