Múm à Paris



18 septembre 2019:  Múm à la Maroquinerie de Paris


Impossible de me souvenir de la première fois où j'ai découvert le groupe islandais Múm…


Hier soir à la Maroquinerie de Paris


Par contre, c'est leur clip de déglingos sous ecsta de la chanson "Sing Along" qui m'a donné envie d’approfondir un peu plus mes connaissances sur ce collectif un peu barré.




Múm, c'est pas vraiment un groupe dont on a la définition en Occident. C'est un collectif de musiciens avec des membres "piliers" où d'autres artistes islandais vont et viennent à leur guise pour participer à certains albums. Rappelons que l'Islande, c'est seulement 330 000 âmes.

Les chanteurs et musiciens de Reykjavík se connaissent tous et participent volontiers aux projets artistiques des copains. C'est ainsi que la chanteuse Ólöf Arnalds y a fait ses armes avant de prendre son envol en solo par exemple. L'artiste Mr. Silla, qui était en première partie du concert de múm hier, fait également partie de la bande quand elle ne chante pas seule ou avec Snorri Helgason.


Mr Silla


Donc voilà, Múm, ça n'est pas quelque chose de figé. A l'image de l'Islande, ils sont en mouvement permanent. Ce collectif a été fondé à la fin des années 90 et c'est leur merveilleux album "Finally We Are No One" de 2002 qui les a propulsés parmi les grands de l'île fantastique !




Dur de définir le genre, on va dire expérimental. Des sons électroniques, du violoncelle, des voix féminines quasi enfantines et d'autres instruments dont je ne connais pas le nom, on entre dans un monde onirique un peu étrange qui ne conviendra pas à tout le monde. C'est lent, c'est beau et ça fait 20 ans que ça dure.

Leurs albums sont forcément inégaux, comme mes articles de blog, dur d'être géniale à chaque fois 😅 Mais j'aime vraiment beaucoup leur dernier sorti en 2013, "Smilewound"




Ils étaient en concert hier à la Maroquinerie de Paris pour célébrer le 20ème anniversaire de la sortie de leur premier album "Yesterday was dramatic, Today is ok".

J'y étais avec ma copine Aude, toujours partante pour découvrir des choses nouvelles. Je l'avais déjà trimbalée au concert des jumelles islandaises Pascal Pinon puis envoyée au festival Air d'Islande où elle a rencontré l'âme sœur - avant de partir avec son amoureux en voyage en Islande en 2018 ! Cette terre et ses artistes originaux ne peuvent pas laisser insensible, à moins d'être complètement con...

Je ne suis toujours pas redescendue de ce voyage atmosphérique depuis hier. Sur scène était présente Mr. Silla donc, accompagnée de la divine chanteuse et violoncelliste Gyða Valtýsdóttir, des 2 membres fondateurs du groupe, Gunnar Örn Tynes au clavier et Örvar Þóreyjarson Smárason, le touche-à-tout bricolo qui passe d'un instrument à l'autre avec une facilité déconcertante, le tout rythmé par les percussions du batteur Samuli Kosminen que je soupçonne d'être finlandais.




Pour info, la sœur de Gyða, qui a un temps fait partie du collectif, n'est autre que l'artiste Kría Brekkan. Et si vous avez regardé la série "Chernobyl", la bande-son énigmatique a été composée par l'ancienne violoncelliste de Múm, Hildur Guðnadóttir. Un vivier de talents à l'état pur...











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire