En terre du Milieu


Dimanche 06 août 2017

Première nuit en Islande depuis janvier 2017 et elle fut délicieuse. J'adore l'ambiance particulière du soleil de minuit l'été. En août, c'est le retour des nuits bleues, donc pas de difficultés pour s'endormir comme en juin par exemple. On a droit à un début d'obscurité après 23h.


22h00 en août 


Je me suis réveillée avant 6h et il faisait déjà bien jour. Les nuits sont courtes mais elles existent à cette période de l'année. Si ça vous intéresse, vous trouverez tous les relevés officiels ici.

Avant que la troupe se lève, j'en ai profité pour jeter un œil aux prévisions météo et à l'état des routes. Vous les consultez sur les sites vedur.is et road.is

C'est un réflexe qu'il faut avoir tous les jours lorsque vous voyagez en solo en terre de glace.

Les routes de montagne en F (pour "fjallvegur") ne sont ouvertes que du 15 juin au 15 septembre et pour les 4*4 uniquement. Ce sont des dates approximatives. Si toutes les conditions de sécurité ne sont pas réunies, elles sont tout simplement fermées.




Outre l'état des routes à vérifier, il faut aussi prendre en compte les avertissements du bureau de la météo islandaise. En été, il n'est pas rare d'avoir des tempêtes de vent ou de sable quand vous traversez de vastes étendues désertiques. Ne prenez pas ces messages à la légère. Des touristes qui se croyaient plus malins que les autres ont déjà vu leur voiture se retourner à cause de violentes rafales. Après, si vous avez envie de faire la une des médias islandais pour débilité profonde, ça vous regarde.

Concernant notre journée, toutes les routes sont ouvertes, aucune alerte météo à signaler et en prime, une journée sèche annoncée du côté de...Hveravellir dans les Hautes Terres ! C'est donc là où nous irons.


Hveravellir


Avant de partir à l'attaque de la route 35 dans le centre du pays, nous avons fait un arrêt à la cascade Gullfoss. Avec son café, son restaurant et sa boutique, c'est la dernière trace de civilisation avant l'arrivée sur le site géothermique de Hveravellir. Pensez aussi à prendre de l'essence avant de vous aventurer dans les Hautes Terres. C'est wild wild wild au possible une fois qu'on quitte les routes asphaltées.

La route 35 est d'ailleurs goudronnée pendant une quinzaine de kilomètres. Après, fini ! Seuls les 4x4 y sont alors autorisés par les loueurs de voiture. Déconnez pas, les gars ! Respectez ça au moins. Même avec notre Suzuki Jimny, le plus petit des 4x4, on a galéré. Alors avec une citadine....


L'asphalte avant la piste des Hautes Terres


La route 35 qui monte à Hveravellir est aussi connue sous le nom de Kjalvegur ou piste de Kjölur, en référence au nom du plateau qu'elle traverse. Pendant plus de 2 heures, on roule sur un chemin en terre caillouteux qui longe montagnes et glaciers.

La route 35


Oubliez le Jimny si vous ne voulez pas être secoués dans tous les sens. Ce véhicule a beau être autorisé pour les routes du centre de l'île, il n'est absolument pas adapté ! On glisse, on saute, on se cogne. Ca fait peut-être marrer les potes qui nous suivent derrière, confortablement installés dans leur Dacia Duster, mais c'est loin d'être agréable. Après, ça fait des souvenirs. On en rigole maintenant ! 😄

Rétro Potos


On a croisé quelques autres compagnons de route, des cyclistes, des motos mais aussi des crétins dans une voiture citadine (forcément). Malgré tout, on a l'impression d'être coupés du monde et ça fait du bien.


Le plateau de Kjölur
Des courageux sur Kjalvegur


Le site de Hveravellir est plus petit que ce que j'imaginais. On y admire néanmoins de jolis phénomènes liés à la géothermie.



Le plus surprenant, c'est ce côté oasis au milieu de nulle part. Après avoir avalé des kilomètres de terre noire, on y voit de l'herbe, des linaigrettes (ces fleurs qui ressemblent à du coton), des moutons et...des tentes. Si passer une nuit loin du tumulte de la foule vous tente (jeu de mots pourri), le camping de Hveravellir est fait pour vous. En plus d'un café, il y a des sanitaires et une petite source chaude des plus réconfortantes par ces 10 degrés.

















Si on avait continué tout droit, on aurait rejoint le nord du pays avant de retomber sur la route numéro 1 qui fait le tour de l'île. Notre logement étant à Hrepphólar dans le sud, on est revenus sur nos pas. Les paysages étaient encore différents sous cet angle nouveau. Je n'ai pas l'impression d'avoir pris la même route en fait.




Si vous avez déjà vu d'autres sites géothermiques en Islande, cette excursion n'est pas forcément indispensable. C'est beau mais pas vraiment différent du site de Hverir par exemple. C'est surtout la route qui y mène qui est impressionnante.



Je n'aurais peut-être pas un avis mitigé sur Hveravellir si j'avais roulé dans de bonnes conditions.

J'aurais dû demander l'avis à ma copine Carine, du blog automobile En voiture Carine, avant de louer ma voiture Playmobil... Bon après, on est rentrés vivants et notre Jimny nous a trimballés partout où j'avais prévu d'aller. Je suis vraiment trop difficile 😉









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire